Parrainage dans les centres fermés

La Coordination pour la regularisation et la libre circulation travaille depuis 4 années autour des centres fermés pour les personnes sans papiers, avec une permanence téléphonique d'urgence et avec un reseaux d'aide et soutien exterieur.

Ce travail est fait en étroite collaboration avec plusieurs associations de soutien partout en Belgique ainsi que certaines ONG, qui travaillent à la defense des droits de l'homme et des avocats, specialistes dans cette matiere.

Nous allons régulièrement au 127bis pour parler aux détenus, récolter des noms, les informer de nos activités et donner notre numéro de téléphone. Nous leur envoyons des cartes téléphoniques et répondons à leur appel au secours tant bien que mal (problème de langue, ligne coupée par la centrale et j’en passe... )

L’objectif de ce travail est : renseigner les personnes de leur droit, les aider à résister, dénoncer les abus et violations aux droits de l'homme dans les centres et lors d'expulsions, très fréquents de la direction du centre, l'Office des etrangers (ministre de l’Intérieur) et in fine exiger la liberation des personnes enfermes et la suppression des centres pour etrangers.

Nous avons appelé à un « parrainage, marrainage » des personnes /familles enfermées afin d’avoir un contact plus concret avec ces personnes, en allant les visiter principalement au centre 127bis de zaventem.
Nos interventions reviennent à gérer des situations de crise que vivent les personnes dans les centres fermés et nous imposent un travail dans l’urgence.

Nous sommes actuellement un bon petit groupe et nous pensons que ces activités doivent se faire en étroite collaboration avec les citoyens belges solidaires des sans papiers.
Notre travail se concentre actuellement sur le centre fermé 127bis et nous profitons de ce petit mot pour appeler à des candidats à ce travail. Il nous manque des personnes qui parlent d’autres langues (nl, allem, engl, serbe, russe) et qui peuvent se libérer facilement.

CRER - Coordination pour la regularisation et la libre circulation