Voici un temoinage cruel sur la double peine (prison + deportation), les traitements inhumaines et degradants ainsi que l'abroutissement medicale dans les centres fermes pour etrangers.

(crer)

Bonsoir

je vais essayer de vous expliquer ce qui s'est passé avec Jamal.

Il a fait trois ans de prison dont la plus grande partie à Lantin,le prem juillet 2008 il est passé au t a p et a demande d'aller à fond de peine et d'etre transféré car il y a bcp de problèmes de drogue et d'alcool à Lantin avec la complicité des chefs d'atelier ; j'ai dejà constaté des réactions de racisme la bas, mais j'arrivais à le protéger un peu grace à mon statut de médecin.

Mi juillet, il a été transféré à Merksplas en passant par St Gilles ; A Merksplas il a vu à maintes reprises un assistant social et un représentant de l'office des étrangers, on lui a promis sa libération comme prévu le 18 déc 2008, puis on lui a annoncé un éventuel retard de 8 jours max pour les formalités. Début décembre il n'a plus réussi à voir la directrice ni personne,il voulait faire sortir ses affaires avant le 18 par facilité, tout le monde l'a évité et menti. Le 17,le greffier lui a fait signer un papier pour prolonger d'une semaine max. Le mardi suivant on lui a annoncé son transfert à Bruges, l'avocat pro deo n'a rien fait et Jamal est arrivé au centre de Bruges le 23 ou le 24, on lui a menti sur la durée ; il a vu un assistant social et un directeur qui l'ont tiré en longueur un lui promettant un séjour de 6 à 7 sem max, il est né en Algérie et l'autorisation d'expusion n'est pas arrivée, ils lui ont proposé le Maroc.

Lundi dernier,sans aucune précaution,ils lui ont dit de préparer ses bagages pour partir au 127 bis mardi et etre expusé par un avion mercredi vers 7h du mat pour Casablanca via Rome.

Son séjour à Bruges a été pire qu'en prison, avec un paternalisme méprisant, un racisme évident, du mépris, du mensonge, de la manipulation. Quelques exemples en désordre : ils dorment dans un dortoir surchauffé non aére les uns sur les autres, ils n'ont plus de nom mais un num, et pas moyen de rentrer en contact sans utiliser ce num. Ils peuvent porter leurs vetements, la lessive se fait une fois par sem. Ils sont réveillé de force à 7 h, café et petit déj à 8h, les repas sont pris dans un réfectoire et suivis d'une demi heure obligatoire de promenade, les locaux sont surpeuplés et il n'y a aucune intimité, pas moyen d'aller dans le dortoir avant 22h ; les douches se prennent à 15h un jour sur deux, Jamal ne se plaint quasi jamais car il est très fier et a veillé à m'épargner par amour et il m'a caché beaucoup de choses comme la fouille corporelle.

En 3 sem il a commencé à dépérir, il a perdu 5 kg, il a eu une gastro, ses nuits ont tourné au cauchemar, insomnies, bruits dans le dortoir des ronflements aux crises de nerfs, il faut payer 20 eur pour avoir un casier avec une clé, les autres affaires sont enfermées en bas et Jamal n'avait plus accès à ses papiers officiels, le tél est cher, 10 eur pour 17 min, les cabines sont sous écoute à certains moments surtout quand des nouveaux arrivent, on peut tel les codes de cartes de tel comme belgacom ou xl call en tél au centre en donnant le num du détenu, ils demandent notre nom, parfois au lieu de donner le code en mains propres ils l'affichent au tableau, les letrres sont distribuées vers 11 h avec du retard parfois, elles ne sont pas ouvertes, on peut envoyer des paquets qu'ils ouvrent devant l'assistant social, j'ai pu envoyer du shampoing, un livre, du tabac mais ils ont crisé pour le chocolat.

Ils organisent des activités infantiles, ils ont accès à un billard, du pingpongune salle de fitness qui permet de prendre une douche, les matons écoutent les conv tel régulièrement, le centre est surpeuplé et il y a des bagarres, les gardes frappent puis les gens sont envoyés dans d'autres centres, il y a 15 jours il y a eu une évasion de 4 détenus et bcp de tension après,souvent on ne s'entend pas au tel a cause des grésillements,un détenu a fait une lettre our un ami,ils ont donné la lettre à la police qui a embarqué l'ami dans un centre.

Plusieurs fois Jamal m'a reépété que c'était pire que la prison, il a perdu complètement la notion du temps,des jours de la semaine ; il a été épuisé suite à ses insomnies, il a du dormir dans un coin par terre avec un bout de couverture car il allait s'effondrer, pendant 3 jours il a vomi tout ce qu'il avalait, on a voulu le forcer à prendre des somnifères, mais interdit de se reposer en journée, il a été à l'infirmerie, il a vu 2 médecins, une femme et un homme, la femme a été un peu plus humaine sachant aussi que je suis médecin, je crois qu'elle a eu un peu peur, l'autre  a voulu forcer Jamal a prendre du Nozinan sans aucun controle médical ni sanguin, comme Jamal a refusé il a refusé de continuer à le soigner malgré les signes de gastrite et le risque d'ulcère, ol l'a mis à la porte, j'ai pu conseiller Jamal par tel pour des médicaments antiacides, on lui a proposé 2 fois 45 min de sieste pendant sa gastro dans un cachot ; lundi dernier un détenu algerien a essaye de se pendre ; il ne peuvent travailler et donc pas gagner d'argent, ils peuvent faire des taches qui sont affichées pour avoir des points pour le tabac et le tel mais c'est 3 pnts et il faut plus que cela, Jmal faisait des traduction arabe français pour qqs points, le dir veut civiliser les étrangers en leur apprenant à vivre en collectivité, l'avocat qui venait voir Jamal a été renvoyé car il ne connaissait pas le num de matricule de Jamal ; ils préviennent de l'expulsion au dernier moment et ne libèrent que quand tout est plus que complet et ils transfèrent d'un centre à l'autre pour ventiler, Jamal avait demandé pour aller à Vottem on l'a tiré en longueur, ils font semblant de prendre des rv à la clinique pour faire comme si et endormir la méfiance des détenus, Jamal a pu aller chez le dentiste pour un abcès,il a reçu des anti inflammatoires malgré sa gastrite, lundi il a demandé de m'envoyer des affaires perso, cela a été refusé, ils refusent les contacts avec l'ext et profitent de l'ignorance des détenus, je mettais Jamal an courant en cherchant sur internet des renseignements sur les centres donc je pouvais le prévenir et comprendre.

Cest à peu près tout ce dont je me souviens ce soir car je suis fatiguée par ces attentes, l'impuissance, l'injustice, la souffrance de tous ces gens traités comme des malfaiteurs primitifs et stupides. Cela ressemble a du néo nazisme et quand un détenu ose s'exprimer et donner son avis il y a des représailles psychologiques, Jamal a été cassé la bas malgré sa résistance, il a craque plusieurs fois, il a pensé an suicide plusieurs fois, ses affaires de toilette on été confisquées, il n'avait plus de déodorant, les rasoirs sont distribués et sont usés, Ils doivent monter à 22h, vont au dortoir à 22h30 et c'est extinction des feux à 23h ; Les gardes forment des clans et quand on ne leur plait pas c'est tout le clan qui s'y met, les gardent sont hommes et femmes et les femmes sont les pires, elles sont aggressives et crient surtout quand elles savent que un homme a une femme dehors, c'est très malsain, les gardes font parfois amis amis pour encourager les délations et il y a des syndromes de stockolm, après ils tirent dans le dos et se plaignent chez le directeur, il y a des problèmes d'hygiène dans les locaux, les détenus ne sont jamais seuls, il y a de l'agitation tout le temps, au tél, j'entendais crier les gardes et ils utilisent des hauts parleurs pour les appels ; ils ont essayé de provoquer Jamal à plusieurs reprises pour le mettre dans son tort.

Voilà,je pense que je suis au bout pour ce soir, désolée pour les fautes de frappe. J'espère avoir des nouvelles de Jamal demain, son nouvel avocat a fait le nécessaire cet après midi pour demander une comparution à la chambre du conseil et demander la mise en liberté, ce n'est plus un avocat prodeo.

Merci pour votre écoute et pour votre appel.

Bonne soirée, à bientot